Artisticité du cri et angoisse écologique

Artisticité du cri et angoisse écologique

Le festival d’Ambronay accueille depuis maintenant 40 ans, à la fin du mois de septembre, le grand rendez-vous de musique baroque de la saison. Revenons ici sur l’un de ses grands succès : l’oratorio Il diluvio universale (Le déluge universel) de Michelangelo Falvetti (1642-1692), redécouvert il y a quelques années par le chef d’orchestre Leonardo García Alarcón, et proposé au festival en 2010 (repris cette année le 5 octobre à 20h30 à l’abbatiale). Retravaillant l’épisode biblique du déluge, l’œuvre de ce compositeur baroque semble faire écho au mal de notre siècle : l’angoisse écologique. Il propose en effet de mettre en musique le cri d’une humanité démunie face à la furie destructrice des éléments, à qui la Justice divine a commandé de punir les hommes.

Dans mon Jardin il y a …

Dans mon Jardin il y a …

Dans mon jardin il y a : des roses, quelques violettes parsemées, des hortensias colorés, de quoi épanouir un jasmin et fleurir des pivoines… Dans mon jardin il y a : des rêveries parfumées de douceur, des pelouses sauvages parcourues d’enfants, des marbres tendres, et des rires d’oiseaux envolés. Dans mon jardin il y a de quoi raconter, de quoi écrire, et de quoi voyager. Car c’est peut être là tout le coeur du jardin, son essence. Lieu de la promenade et de la flânerie, le jardin est ce lieu clos où fourmille un univers savamment organisé. Je vous invite donc aujourd’hui à faire le tour du jardin !

La Main Verte

La Main Verte

Alors que j’ai été récolté en Inde. Alors que j’ai été nettoyé, mis en botte, effiloché, coloré, cousu, battu, plié, vendu. Alors que j’ai été transporté par bateau. Alors que je finirai entre quatre planches. Je provoque la folie générale. Je suis censé couvrir et protéger. Mais il s’avère que je suis un outil de domination, de contrôle, d’inspection, de critique et de jugement.
C’est probablement pour des raisons anthropologiques que le contrôle culturel des femmes, prise comme catégorie sociale naïve, n’est ni nouveau ni d’ici. Ce sont les femmes qui mettent au monde, et donc naïvement le contrôle de la généalogie se fait par elles. Contrôler les mères, c’est contrôler qui est le père.