Les oiseaux moururent les premiers

Les oiseaux moururent les premiers

D’abord ce fut imperceptible, mais dans le calme de la terre, dans la lourdeur de l’air, dans l’immobilité des vents, se cachait, encore inconnue des Hommes, une marche funèbre. Au tout début ce ne fut presque rien, mais sur les terres automnales de l’Occident, les feuilles se détachèrent plus vite de leur branche. Au mois de septembre déjà, elles recouvraient entièrement le sol de leur manteau brûlé …

Cassandre

Cassandre

Troie va brûler ce soir.
Je l’ai vu. Ils pensent que je suis folle. Ils ont tort.
Le soleil se couche déjà. Les murs de cette ville n’en reverront plus jamais la lumière, mais je suis la seule à savoir. Je leur ai dit pourtant. Je les ai prévenus. J’ai hurlé à en perdre la voix, j’ai frappé de toutes mes forces à cette porte close. Ils ne m’ont pas ouvert, ils ne m’ont pas écoutée. J’ignore si le cheval d’Ulysse est déjà dans la ville. Peut-être m’ont-ils enfin crue et ont-ils renoncé à cette folie ? J’ai vu la mort qu’il portait en ses entrailles. J’ai vu les Grecs sortir de son ventre de bois, leur bras frémissant des pillages à venir.

Icare

Icare

Il a voulu monter
Jusqu’au soleil brûlant
Le héros effronté
L’homme presqu’oiseau blanc