Icare

Il a voulu monter
Jusqu’au soleil brûlant
Le héros effronté
L’homme presqu’oiseau blanc

Il a défié la terre
Défié la gravité
Pour atteindre l’éther
Mis hors de sa portée

Il s’est forgé des ailes
Aux couleurs de l’écume
D’un blanc immatériel
Resplendissaient les plumes

Puis est allé trouver
Les plus belles des fleurs
Afin de demander
Qu’exaucent sa faveur

Leurs amies les abeilles
Et donnent au héros
Pour aller au soleil
De la cire en cadeau

Ainsi grâce à la cire
Dorée comme du miel
Il a fixé ses ailes
Sur son dos pour partir

Et il s’est envolé
Son imagination
Lui parlait en secret
D’aubes et de frissons

Mais comme il s’approchait
De l’astre lumineux
La chaleur augmentait
Et traître fut le feu

Car la cire a fondu
Ses ailes sont tombées
Le rêveur éperdu
Loin du ciel a chuté

Il a voulu monter
Au ciel éclatant
Il rêvait de beauté
Et vint le châtiment

Mais jamais les humains
Ne se résigneront
Au vide des matins
Toujours ils monteront

Contre le désespoir
Fabriqueront des ailes
Qui tomberont du ciel
Comme celles d’Icare

Floriane Joseph



One thought on “Icare

  1. Ping : Floriane Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.